Accueil > Vie sociale > Chroniques > Hommage au parti communiste français, en particulier hommage à Jack (...)

Hommage au parti communiste français, en particulier hommage à Jack (...) Hommage au parti communiste français, en particulier hommage à Jack Ralite.

lundi 13 novembre 2017 par Elisabeth

Pas de message pour cet article

Je suis suffisamment critique sur les médias pour faire part de ma reconnaissance quand je suis satisfaite.
La courte chronique de Nicolas de Morand ce matin, m’a interpellée.
Il a rappelé que le parti communiste français avait été un parti politique très fort jusqu’aux années 90. Une réelle opposition, avec des idéaux et j’ajouterai, à titre personnel, que ce n’étaient pas des calculs et des luttes de personnalités sans programme.
Les jeunes générations ne connaissent pas ses heures de grandeur, pour elles, c’est un petit parti comme ceux de l’extrême gauche dont on ne parle jamais sauf en période électorale, celui d’Anne Marie Artaud, de Philippe Poutaud etc...Effectivement ce sont les héritiers, dépourvus de l’aura que le parti communiste avait eu après la seconde guerre mondiale, pour le rôle important qu’il avait joué dans la Résistance.
Il doit y avoir d’autres raisons mais quatorze ans de socialisme éclairé, ont me semble t-il affaibli celui qu’on appelait en 1945 le parti des fusillés.
Il offrait des projets politiques pour les classes moyennes et les ouvriers. Ce n’est pas le cas de la France insoumise, ou alors je n’ai pas bien écouté ou j’ai un parti pris trop fort quand j’entends Jean Luc Mélanchon ou François Ruffin qui prétendent représenter le peuple. Ce peuple, demande t-il des bons mots, de l’humour, de l’agressivité ou des solutions au chômage, à l’évolution du travail dans notre société ?
Ce peuple qui se sent exclu de partout, lui qui a cru qu’il allait être entendu à la nouvelle chambre des députés , n’attend-il pas qu’on lui rende sa dignité ? Tout le monde parle en son nom mais lui demande t-on ce qu’il veut ? Le politique l’emporte sur les aspirations au bien-être.
"Le Monde" et Nicolas de Morand rendent hommage à Jack Ralite, ministre communiste de la santé puis délégué à l’emploi sous la présidence de François Mitterand dans le gouvernement de Pierre Maurois.
Maire d’Aubervillers, sénateur de Seine Saint-Denis jusqu’en 2011, animateur des Etats généraux de la culture, membre des conseils d’administration du théâtre du peuple, "il est connu pour avoir promu la culture, il a fait de celle-ci un outil d’émancipation humaine." Meriem Derkaoui, maire d’Aubervillers.


Ecrire un commentaire sur l'article ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.